De l’unique plante du salon aux jardins des grands-parents en passant par le balcon de l’appartement familial, prendre soin d’une plante c’est déjà créer du lien.

La nature fascine, intrigue et canalise des plus petits aux plus grands. Il nous est tous possible de nous émerveiller, de nous émouvoir ou encore de nous impatienter de voir nos cultures grandir et donner des fruits. Pratiquer une activité manuelle entre amis, entre voisins ou avec vos enfants est un moyen simple de créer du lien et de partager des connaissances.

Le jardinage est une activité naturellement ludique qui permet à chacun de s’octroyer un moment de détente et de partage avec ses proches.

Un apprentissage intergénérationnel réciproque : jardiner permet la transmission de connaissances et le partage d’idées

L’appréhension de la nature diffère entre chaque génération. Ainsi nous naissons avec notre vision de ce qu’est et doit être la Nature. De cette manière, notre rapport à sa préservation et à son apprivoisement évolue et c’est en cela que le jardinage devient également débat et réflexion. En fonction de notre culture, de notre expérience, de notre paysage de naissance, nous portons des regards différents sur la Nature.

De la même manière, les écoles et les techniques de maraichages rassemblent et divisent. Jardiner avec autrui permet alors de confronter les visions, demander conseil, apprendre des techniques et des autres. Sur ce point, les jardins partagés permettent le troc de connaissances et le lien intergénérationnel par le jardinage mais si vous n’avez pas cette chance, pas de panique !

Nous connaissons tous des jardiniers confirmés dans nos cercles proches, il ne faut pas hésiter à demander l’expertise des plus expérimentés. Le jardinage c’est aussi l’art de l’humilité, face à la Nature et ses exigences, et par conséquent, il ne faut pas hésiter à questionner, innover et remettre en question ses propres connaissances et techniques.

Le jardinage est donc un terrain de perpétuel apprentissage mais également d’expression de chacun. Si vos enfants désirent mettre en pratique des techniques différentes, prendre la responsabilité d’une culture en particulier, être les jardiniers en chef des tomates cet été, laissez-les faire.

Donner la vie à une graine et s’assurer de sa croissance et de sa pérennité, voilà une bonne manière de responsabiliser un enfant et de lui apprendre la patience. Oui, jardiner nous apaise et nous valorise. Pour petits et grands, parvenir à mener à bien une culture qui profitera aux yeux ou aux papilles de la famille nous rend fiers.

Une activité qui permet de sensibiliser les plus petits aux enjeux de consommation et d’alimentation

Donner à voir à son enfant le cycle d’une plante, de la plantation d’une graine à la dégustation de ses fruits permet entre autres de sensibiliser aux enjeux de consommation et d’alimentation. Si nous avons perdu l’habitude de cultiver nos propres légumes (voir article 1), il est toutefois essentiel de donner à voir aux générations de futurs consommateurs les dessous de notre alimentation végétale.

En effet, cultiver quelques fruits et légumes par vos propres moyens avec vos enfants leur apprend naturellement la saisonnalité des produits et le goût d’un produit frais.

Avoir son petit potager dès le plus jeune âge, c’est également prendre conscience du temps et de l’exigence que requiert la culture d’un produit et donc l’intérêt de le respecter.

Enfin, potager en famille c’est aussi LA solution pour faire manger des légumes à vos enfants et les sensibiliser au gâchis alimentaire. Eh oui, si votre enfant a passé du temps à entretenir son potager, vous êtes assuré qu’il dégustera ses légumes avec appétit et fierté !

Les variétés idéales pour le jardinage avec des enfants !

  • Les salades : elles poussent vite, demandent peu d’entretien et peuvent se récolter feuilles par feuilles pour des dégustations improvisées au pied du potager.
  • Des herbes aromatiques : elles sont odorantes, goûteuses et éveilleront les sens de vos enfants.
  • Des légumes racines : radis, pommes de terre ou carottes car nous sommes tous curieux de tirer sur leur tige pour savoir ce qu’il y a en dessous
  • Des fleurs : quelques graines, de tournesol, de capucines ou encore de soucis et votre enfant s’ébahit chaque jour de ses couleurs ainsi que des pollinisateurs qu’elles attirent.

Quelles tâches donner à votre enfant ?

En fonction de leur aisance, guidez leurs mains, faites-leur faire les trous, rabattre la terre, arroser les plantes. Si la tâche n’est pas adaptée à leur âge, laissez-les vous observer et expliquez toujours vos actions.

Ainsi, et toujours dans une démarche pédagogique, invitez vos enfants à développer un regard critique sur l’état d’une plante ou de son sol. Apprenez-leur à détecter les besoins d’une plante (exposition, arrosage) mais également ses éventuelles maladies.

De la même manière, lorsque les plantes arrivent à maturité, pourquoi ne pas créer un rituel d’observation avec votre enfant ? Après l’école par exemple, accordez-vous un moment pour constater la croissance des fruits du potager et pourquoi pas en récolter pour le dîner.

Le petit plus de ceercle : fabriquez un hôtel à insecte avec vos enfants pour les familiariser avec la biodiversité

Sur votre balcon, terrasse ou jardin, pourquoi héberger des insectes ?

Si vous avez un potager les insectes sont vos alliés ! Coccinelles, araignées, abeilles, carabes, perce-oreilles ou encore papillons, on les appelle des insectes « auxiliaires ». Ils aident votre potager à fructifier en pollinisant les plantes ou en combattant les insectes dits « nuisibles ». Leur service écosystémique est peu coûteux et vous permet de vous passer de traitements chimiques. Par exemple, si les chrysopes s’installent dans votre hôtel, c’est la fin des pucerons assurée.

Ludique dans sa confection et son observation, il est un véritable terrain d’exploration pour vos enfants qui adoreront observer ses hôtes et leurs déplacements sur votre potager. C’est aussi un vrai refuge de biodiversité qui permet aux insectes de passer l’hiver et d’y pondre leurs larves au printemps et en été.

Comment le confectionner ?

On a tous une boîte à chaussure ou une caisse de vin en bois qui traîne, ne la jetez pas ! Ceercle vous explique comment la transformer en hôtel à insectes !

  • Munissez vous d’un contenant de ce type et avec du carton ou du bois créez des compartiments dans lesquels vous insérerez différents matériaux.
  • Exemples de matériaux pour remplir votre hôtel : brindilles de bois, pailles, pomme de pin, écorces de bois, feuilles mortes séchées, tiges de rosiers, tiges creuses.
  • N’hésitez pas à faire des fagots de bois morts, les insectes xylophages apprécieront les décomposer et s’y installer.
  • Une fois tous les éléments empilés et compactés les éléments doivent tenir seuls sans avoir besoin de les coller.

Exposition : placez l’hôtel devant le restaurant !

Il est judicieux de placer votre hôtel non loin d’un parterre de fleurs ou de plants potagers à polliniser pour que les insectes aient à se nourrir à proximité. Il doit rester sec donc placez-le face au soleil et protégé des vents et des intempéries. Surélevez-le également d’au moins 30 cm pour le protéger de l’humidité.

Avec l’équipe on a flashé sur l’Hot’Ailes du compte instagram @c.lairdutemps, on vous invite à lui piquer quelques idées pour un hôtel à insectes 5 étoiles !