New !

La box de plants d'automne est disponible

Conseils et astuce pour un compost en bonne santé

Nombreux sont les ménages qui souhaitent réduire significativement le volume des déchets de leur poubelle de cuisine. Le compostage permet la transformation des matières organiques alimentaires en engrais biologique de qualité destiné à nourrir les sols et les plantes à la maison ou les légumes du potager du jardin. Le processus de décomposition des déchets est naturel et surtout économique à court terme. Composter n’est pas bien compliqué mais il est important de respecter quelques grands principes pour maintenir un compost en bonne santé.

Les grands principes du compostage

Les ménages français produisent 18 millions de tonnes de biodéchets par an. Face aux enjeux environnementaux, il devient important de limiter l’émission de détritus ainsi que le gaspillage alimentaire. Le compostage est une véritable réponse à ces problématiques à la fois écologiques et économiques.

Qu’est-ce que le compost et que permet-il ?

Composter est à la fois économique, écologique et ludique. Les ménages peuvent réduire le poids de leurs poubelles, transformer les déchets en matière utile pour l’environnement et participer en famille à une activité DIY au quotidien !

Qu’est-ce que composter des déchets organiques ?

Composter permet de recycler les déchets organiques, notamment alimentaires, pour obtenir un « produit stabilisé », riche en humus. Cette matière fertilisante s’apparente à une sorte de terreau qu’il est possible d’utiliser comme engrais à incorporer à la terre des végétaux. Le compostage a l’avantage d’aider les ménages à réduire leurs déchets de 30%. Par ailleurs, fleurs, légumes et fruits ont régulièrement besoin d’un apport supplémentaire en bon fertilisant vert pour bien grandir et lutter contre les maladies.

Comment utiliser le compost au jardin ?

Pour pouvoir se servir convenablement du compost obtenu, il faut attendre sa maturité complète (atteinte à environ 6 mois). En cas de manque de place dans le bac composteur, il est possible de récolter le fertilisant jeune n’ayant donc pas totalement terminé sa décomposition. Un mélange mûr arbore une couleur brune voire noire et a une consistance homogène, sans morceaux apparents. Il peut être ensuite incorporé à la terre des plantes vivaces, des arbres fruitiers, des plantes d’intérieur et même des semis. Pour ces derniers, il faut ajouter 25% du mélange à de la terre de jardin. Le compost peut aussi servir à nourrir les jeunes arbustes. Le jardinier doit alors en déposer une couche épaisse aux pieds des végétaux.

Les différents types de déchets et de matières à intégrer au compost

Nous sommes nombreux à souhaiter nous lancer dans l’aventure du compostage. Malgré toute notre bonne volonté, il est parfois difficile de s’y retrouver. Quels sont les détritus recyclables ? Que ne faut-il surtout pas jeter au compost ? Voici nos conseils.

Petit guide de toutes les bonnes choses à jeter au compost

Il n’est pas toujours évident de savoir quoi jeter au fond du compost. Trois types de détritus verts permettent de produire un engrais de premier choix : les déchets grossiers, carbonés secs et humides. Un juste équilibre de ces composants est idéal pour maintenir un compostage sain. Les déchets carbonés doivent apporter de la matière sèche à l’ensemble. Il s’agit par exemple de sciure de bois, de paille, de feuilles de carton ou encore d’écorces d’arbres. Pour donner au compost tout l’azote dont un a besoin, il faut ajouter des déchets humides tels que les épluchures et restes de légumes et de fruits ou encore les fleurs mortes.

Il est aussi possible de jeter la litière des petits animaux domestiques comme les cobayes. Les crottins de chèvres ou de chevaux peuvent aussi bien s’incorporer. Les sachets de thé biologique en matériaux biodégradables et ne comportant pas de métal sont également les bienvenus. Pour équilibrer l’acidité du mélange, le jardinier peut disposer des coquilles d’œufs broyées sur le tas.

Des exemples de déchets à ne surtout pas composter

Attention, de nombreux déchets ménagers ne se dégradent pas ou mal. C’est le cas du sable, du charbon de bois, des huiles de cuisine, des litières de chats chimiques, des excréments de chiens, des couches pour bébés, des matériaux traités ou synthétiques, du verre et des produits liquides par exemple.Il est par ailleurs difficile mais pas impossible de recycler les tontes de gazon qui empêchent la circulation de l’oxygène, car elles sont trop chargées en eau. Mieux vaut prendre ses précautions et faire sécher l’herbe en amont avant de l’intégrer au tas. Les plantes malades doivent être chauffées pour se débarrasser des éventuels champignons afin de ne pas transmettre d’organismes pathogènes au compost. La cendre de feu de bois est naturellement riche en divers nutriments mais se décompose très lentement. Il faut l’ajouter par très petites quantités.

Les différentes manières de composter : focus sur les contenants disponibles

Avant de se lancer dans l’aventure du compostage, il est important de se poser les bonnes questions : habitez-vous en maison ou en appartement ? Quelle est la taille de votre jardin ? Quel est le volume de déchets produit en une semaine ? Simple tas, bac composteur ou lombricomposteur, à vous de choisir ce qui convient le mieux à votre mode de vie !

Le simple tas à mettre en place au fond du jardin

C’est la méthode la plus ancienne et encore pratiquée à la champagne ou au sein de vastes terrains de plus de 1000 m². Le principal avantage ? Pas besoin de matériel coûteux, tout est placé dans un coin à l’ombre et à l’abri du vent. Sur le sol du lieu déterminé, il faut disposer des branches grossièrement coupées en une petite couche pour servir de drainage. Un conseil : ne dépassez pas 1,5 m de hauteur sous peine de ne plus pouvoir le retourner correctement.

Les différents bacs composteurs

Du côté des contenants, vous avez maintenant un vaste choix. Le fût à compost s’adresse aux petits jardins de ville et a une contenance entre 200 et 500 litres pour le plus gros. Il s’agit souvent d’une structure verte foncée, large en bas et se terminant en cône au sommet. Une tige d’aération est vendue avec le contenant et doit être enfoncée dans les déchets puis tournée afin de créer des cheminées. Le silo, un peu plus grand, est quant à lui adapté aux terrains d’environ 1000 m².

Recevez le calendrier du potager

Bons plants, astuces de jardinage et recettes de saison

Recevez par mail le calendrier du potager

Tous nos conseils pour jardiner et composter sur son balcon chaque mois dans votre boîte mail

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir le calendrier du potager

Répulsifs et insecticides naturels

Jardiner sur son balcon

Les légumes à cultiver en novembre

Jardiner sur son balcon

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00