L’agriculture urbaine ou la nouvelle tendance des citadins qui souhaitent plus de vert dans leur vie, et dans leur ville ! Pour en savoir plus sur ce sujet qui affole la toile, le podcast Le Cercle – coproduit par la startup Ceercle et le média Mu’ethik – interviewe Ma Ville Verte, un acteur phare de l’agriculture urbaine de la Métropole lyonnaise.

Ma Ville Verte a vu le jour en 2015 avec sa fondatrice et dirigeante Anaïs Jeantet. La green entreprise propose une offre de paysagisme urbain innovante : des potagers urbains collectifs. Ces derniers s’adaptent aux contraintes de la ville pour faire du lieu de vie ou de travail, un lieu d’échange et de partage. Aujourd’hui, la mission de Ma Ville Verte est simple : accompagner les citadins dans la transformation du paysage urbain pour une ville plus verte et plus accueillante à travers la conception de potagers collectifs et de fermes urbaines. Ces dernières permettent la production de fruits et légumes en circuit super-court à destination des citadins. Le petit plus : sensibiliser les citadins à la nature et à l’agriculture urbaine.

Nous sommes chaleureusement accueillis à la friche des Girondins dans le 7ème arrondissement de Lyon par Matthieu Arar, Caroline Benito et Yoann Mermoud. De formation ingénieur agronome diplômé de l’Isara Lyon, Matthieu a d’abord travaillé sur l’installation des jeunes agriculteurs à la Chambre d’agriculture du Rhône avant de se spécialiser dans l’agriculture urbaine en développant des jardins potagers à Nice. En 2016, Caroline, paysagiste DPLG, rejoint à son tour le projet après un Master Philosophie spécialisé en éthique environnementale et un diplôme en école de Paysage. Depuis 2020, Yoann Mermoud est le chef de projet de la ferme urbaine.

 

L’agriculture en ville pour reconnecter les citadins à la nature

Les projets d’agriculture urbaine sont nombreux : micro-fermes urbaines, jardins partagés, jardins familiaux, conteneurs sous LED, … Pour chacun d’entre eux, l’enjeu reste le même : reconnecter les espaces ruraux et citadins, et réintégrer la ville dans son environnement. « Aujourd’hui on parle beaucoup de nature dans la ville mais en fait c’est la ville dans la nature » déclare Yoann. En effet, l’agriculture urbaine est une belle avancée mais elle doit compléter, et non pas remplacer, l’agriculture rurale qui sera toujours indispensable pour nourrir les populations. Ces deux types d’agriculture se différencient par leurs surfaces : elle est très limitée en ville car il y a moins d’espace, on parle alors de « micro-ferme ». De plus, l’agriculture urbaine est très peu mécanisée – en termes d’accès et de circulation – contrairement à l’agriculture des champs. Cependant, ces deux types d’agriculture se rapprochent par leur finalité : produire de la nourriture pour les populations, s’occuper du sol de la nature et travailler avec du vivant. « Depuis longtemps j’ai envie de faire ce lien entre les urbains et les agriculteurs, parce-que je trouve cela dommage qu’ils ne se parlent pas », précise Matthieu.

Aujourd’hui, on assiste à une progression de la tendance : de nombreux citoyens et acteurs sont sensibles au bien produire, au bien manger et à la production locale. On remarque de plus en plus une volonté de relocaliser l’alimentation avec le développement des circuits courts et des ventes directes dans les magasins des producteurs. En parallèle, l’agriculture urbaine se développe : de nombreuses structures telles que la Maison de l’Agriculture Urbaine se créent, les médias commencent à en parler abondamment et la demande s’accélère. En effet, de nombreux citadins deviennent bénévoles dans des projets d’agriculture en ville, tandis que d’autres en font leur métier.

Ma Ville Verte au service de la transition écologique

À sa création en 2015, Ma Ville Verte s’est spécialisée dans la conception, la réalisation et l’animation de potagers urbains collectifs. Depuis 3 ans, l’entreprise a développé son offre en devenant également un bureau d’étude et de conseils. La clientèle de Ma Ville Verte est très variée : des entreprises aux écoles et centres sociaux en passant par les bailleurs sociaux. Ma Ville Verte porte un intérêt particulier à la sensibilisation des enfants qui sont les futurs citoyens de demain. Convaincus par la thématique de l’agriculture urbaine ou non, l’enjeu est d’offrir un meilleur cadre de vie à chacun mais aussi de sensibiliser aux questions environnementales, de biodiversité et de nourriture. Du côté de l’entreprise, l’installation d’un potager urbain collectif permet aux salariés de se retrouver, d’échanger et ainsi de favoriser la cohésion de groupe.

À ce jour, Ma Ville Verte a créé une quarantaine de potagers à Lyon et dans le sud de la France dont une douzaine d’entre eux qu’elle continue d’animer régulièrement. Une partie de leur activité consiste à répondre à des offres et appels à projets. Par exemple, Ma Ville Verte a accompagné la Métropole dans son projet « Les Quartiers Fertiles » qui consiste à mettre en place des projets d’agriculture en ville dans des quartiers en renouvellement urbain.

Si Ma Ville Verte travaille avec un écosystème local composé de multiples acteurs avec des compétences complémentaires : petits artisans, producteurs, architectes, constructeurs, promoteurs, collectivités, … les citadins restent le pilier de leurs engagements.

Les perspectives d’avenir de Ma Ville Verte sont :

  • S’orienter vers la formation de leurs clients pour qu’ils deviennent autonomes
  • Agrandir leur micro ferme
  • Créer un escape game dans le potager qui accueillera le public pour profiter du jardin, passer un bon moment tout en apprenant des choses sur des sujets tels que le jardinage écologique ou la biodiversité

 

Envie de se lancer dans l’agriculture urbaine ? Voici les conseils de Ma Ville Verte : se former, rester ouvert et curieux, et multiplier ses expériences. Vous pouvez également les rencontrer directement au sein de leur jardin maraîcher au marché des Girondins – 14 rue Crepet 69007 – chaque mardi à 18h.

🎙Écouter le podcast : Des potagers urbains collectifs au service de la végétalisation de la métropole Lyonnaise avec Ma Ville Verte