Introduction

Petit ou grand, pleine terre ou hors-sol, ornemental ou producteur, le potager devient un des terrains de jeux préférés des français. De nombreuses études ont décidé de mettre en lumière ce nouveau phénomène de société qui met en avant l’importance de la végétation dans le bien-être du citoyen. En tenant compte des différents acteurs de la filière jardin, l’urbanisation végétalisée et surtout la présence de potagers sur les balcons. Il est intéressant de tenter de comprendre cette nouvelle synergie enclenchée depuis quelques années maintenant et accélérée par la crise sanitaire que le monde traverse.

Sommaire

  1. Le jardin, un secteur d’activité en plein essor
  2. Une végétalisation urbaine en expansion
  3. Potager chez soi, une nouvelle habitude

1. Le jardin, un secteur d’activité en plein essor

Depuis quelques années, la sensibilité écologique de la population a évolué dans le bon sens, favorisant de ce fait la croissance de la filière jardin. Propriétaire ou locataire ont désormais l’envie de posséder des plantes chez eux. Qu’elles soient là pour embellir ou pour nourrir, elles occupent une place de plus en plus importante dans notre quotidien.

La filière peut également compter sur l’évolution du regard que nous portons sur les termes “jardins”, “potagers” et ceux associés. En effet, là ou dix ans en arrière, les plantes d’ornement étaient les premières mentionnées lorsque l’on abordait le sujet, aujourd’hui, est mise en avant la faculté nourricière. Cette mutation s’explique par un nouveau regard porté sur l’environnement, la biodiversité et ses problématiques actuelles.

Quand nous savons qu’une métropole comme Lyon possède une autonomie alimentaire de 5%, alors que sa capacité est estimée à près de 95%, nous comprenons mieux que la population s’interroge et cherche à trouver des solutions. C’est ainsi que tout un chacun est en droit de chercher des alternatives pour améliorer la situation, que ce soit au niveau alimentaire et au niveau de l’érosion de la biodiversité.

Les gagnants de cette transformation ne sont autres que les acteurs de la filière jardin, qu’ils soient fournisseurs de végétaux, mais aussi d’outillages ou d’ameublement. En plus des prises de conscience, la crise sanitaire et ses décisions gouvernementales associées, auront également influencé la croissance du marché. En effet, les confinements ont obligé les citoyens à rester chez eux, sans pouvoir beaucoup sortir et ne pouvant plus accéder au moindre loisir durant de longs mois. Ces économies et la non-activité ont créé un sentiment d’insatisfaction. Le moindre instant en plein air était vécu comme une vraie bouffée d’oxygène pour tout citadin. Ajoutez à cela les personnes vivant en maison et possédant un jardin, et vous obtiendrez une augmentation des achats pour aménager leurs espaces de vie avec de la verdure. En 2020, les ventes ont progressé de 10% en valeur et les perspectives pour 2021 sont tout aussi encourageantes avec 4% d’augmentation en valeur. Il est également intéressant de noter que ces résultats réalisés en 2020 concordent avec les premiers pas dans le monde du jardin, pour beaucoup durant le premier confinement. En effet, ce sont pas moins de deux tiers des ventes qui se réalisent entre le mois de mars et le mois de juin. Cette période correspond à celle du premier confinement de 2020.

Ces premières analyses viennent justifier les résultats obtenus par des sondages réalisés durant cette période. Selon OpinionWay, ce n’est pas moins d’un français sur deux qui déclare avoir profité du confinement pour jardiner davantage et 70% d’entre eux souhaiteraient passer plus de temps à jardiner.

Plus étonnant, la filière surfe également sur la mode du e-commerce. Avec une augmentation de 60% de leur audience, les plus grands sites proposant des végétaux et autres produits du jardin sortent gagnants de cette nouvelle mode. En effet, les solutions de click & collect, livraison à domicile et autres façons d’acheter en ligne sont devenues banales pour un secteur qui, à l’origine, ne semblait que peu enclin à réaliser cette transition.

Ce nouveau regard, porté sur la végétalisation de nos espaces, a également provoqué une nouvelle réflexion au sein des collectivités territoriales. Les villes de demain se doivent de proposer des espaces végétalisés afin d’assurer la plénitude mentale de sa population.

2. Une végétalisation urbaine en expansion

Un français sur deux : c’est la proportion de la population qui imagine la ville de demain comme une zone urbaine écologique et végétale. Seulement, 80% des Français estiment qu’il n’y a pas assez de vert dans nos villes. Outre les collectivités territoriales, les entreprises et autres acteurs des villes ont bien pris conscience de l’enjeu qui se trouve derrière ce besoin de nature en ville. En ce sens, les espaces verts et les budgets alloués à la végétalisation augmentent continuellement.

Les nouvelles considérations des français au sujet de l’environnement et la biodiversité urbaine, entraînent une volonté d’agir chez bon nombre d’entre nous. Là où le local et le manger sain sont de plus en plus mis en avant par les citadins, certains tentent d’agir à leur manière par la création de jardins partagés. Les urbains mettent la main à la terre pour se créer un loisir et parfois un complément alimentaire pour leur foyer. 80% des citadins pratiquant le jardinage collectif se disent satisfaits de cette pratique, qui permet de se nourrir différemment, tout en acquérant des compétences dans le milieu horticole. 

En 2025, on prévoit une augmentation de 50% des jardins partagés qu’importe la forme qu’ils prendront. Outre l’aspect social et environnemental, ces lieux offrent également la possibilité pour certains de trouver un travail. Certaines fermes urbaines emploient plusieurs salariés afin de pouvoir produire et vendre aux habitants du quartier.
Ces actions ont donc de multiples objectifs et ne cessent de venir s’implanter au sein de nos villes pour le plus grand bonheur de tous. 

Quelques projets éphémères viennent également réintroduire les végétaux au cœur de nos quartiers. C’est le cas de La Ferme Des Artisans à Villeurbanne, au cœur d’un quartier fait de bitume et de grands édifices. Lieu de vie, de rencontre et d’apprentissage, cet espace a pour but de mettre en avant la nature et le fait local.

Au travers de ces actions, les urbains ont la possibilité de se sensibiliser aux problématiques environnementales et spatiales que rencontrent les villes d’aujourd’hui, dans le but d’être acteurs de celles de demain.

3. Potager chez soi, une nouvelle habitude

Désormais, potager à domicile n’a jamais été aussi simple. Maison avec ou sans jardin, appartement avec ou sans balcon, qu’importe son logement, les différents acteurs de la filière jardin proposent une grande diversité de végétaux correspondant à vos critères. 

Le jardin idéal du français serait un jardin nourricier, ce qui dans l’inconscient collectif limite les urbains dans la création d’un espace vert dans nos appartements de ville. La réalité en est toute autre, et les citadins commencent à en prendre la mesure.

Plantes d’intérieur et plantes d’extérieur commencent à venir peupler les appartements des zones urbaines. Le côté esthétique plaît énormément en appartement, amenant un côté chaleureux, ces végétaux mettent en valeur chaque pièce ou balcon. De plus en plus de français se prêtent au jeu de réinventer leur intérieur en y introduisant des végétaux.   

Ce phénomène, amplifié par les mouvements réguliers d’appartement en appartement, offre une nouvelle forme d’exaltation pour les urbains. Architectes d’intérieur dans l’âme, nous imaginons chaque espace dans notre appartement, qu’il soit équipé d’un balcon ou non, la verdure fait désormais partie intégrante de nos décors. Ce qui le prouve bien est le pourcentage de personnes qui ont acheté une plante d’intérieur en 2019 (55% étude Kantar). Bien évidemment, tout balcon est rêvé comme un lieu de détente verdoyant, c’est pourquoi, les urbains redoublent d’imagination pour améliorer ce lieu de tranquillité et liberté majeur.

Décrite par le passé comme une action contraignante et réservée aux connaisseurs, le jardinage a fait peau neuve ces derniers temps. La majorité des jardiniers se considèrent comme novices ou peu connaisseurs. Pourtant rien n’est très compliqué au niveau entretien des plantes. Avoir la main verte ne se résume pas à créer des potagers resplendissants, mais uniquement permettre à ses plantes de s’épanouir pleinement. Avec 40% des achats, les appartements représentent bien cette évolution de pensée. Bien aidé par les articles internet, les vidéos explicatives ou des livres spécialisés, tout le monde peut désormais trouver des petites astuces pour entretenir ses plantes.

Alors, vous savez ce qu’il vous reste à faire, commencez par acheter quelques plantes et prenez-en soin. Et, sans aucun doute, vous ne pourrez plus vous arrêter et vous en achèterez toujours plus chaque année !

Le petit plus Ceercle : Car potager sur son balcon n’a jamais été aussi simple, n’hésitez pas à consulter notre article qui vous explique pourquoi le jardinage en famille est bénéfique.

 

Sources :

Les enquêtes de l’Union Nationale des Entreprises du Paysage. « Les Français et leur jardin : une relation en transition » (s. d.). Unep. Consulté à l’adresse https://www.lesentreprisesdupaysage.fr/tout-savoir-sur-les-bienfaits-du-vegetal/publications/les-enquetes-unep/
Potagers urbains : Quels risques de pollution ? (2014, octobre 10). ConsoGlobe. https://www.consoglobe.com/potagers-urbains-quels-risques-pollution-cg
Kantar. (2020). Les achats de végétaux, arbres, plantes et fleurs des Français en 2019.  Consulté à l’adresse https://www.franceagrimer.fr/content/download/64301/document/BIL-%20HOR%20Rapport%20Annuel%20Achats%20v%C3%A9g%C3%A9taux%202019.pdf