De la famille des Labiacées, le thym est une plante médicinale et aromatique originaire d’Europe occidentale utilisée depuis l’antiquité pour ses vertus thérapeutiques. On lui prêtait de tels bienfaits qu’à l’époque antique il était brûlé pour purifier l’air et infusé dans l’eau des bains des combattants avant qu’ils ne partent au front. Cet aromate censé donner du courage servait aussi d’offrande pour les dieux grecs ou d’offrande odorante pour accompagner les morts en Egypte.

Ce sont les Romains qui feront voyager le thym hors de la méditerranée lors de leurs conquêtes, que le thym, lui remportait à tous les coups !

Cultiver le thym :

Ambassadrice des variétés aromatiques de la méditerranée, le thym aime le soleil et n’a pas besoin de beaucoup d’eau. Il s’installe volontiers sur les sols pauvres et caillouteux et à tendance à envahir son environnement car il se ressème tout seul.

En semis, plantez ses graines entre avril et juin dans une terre bien aérée et non amendée. Recouvrez très peu les graines et tassez. Repiquez vos jeunes plants 5 à 6 semaines plus tard dans son contenant définitif et à 20 cm d’écart. En plants, aérez et « nettoyez » la terre de ses mauvaises herbes et des racines persistantes avant de passer à vos plantations. Tassez le bien et arrosez-le lors de la plantation.

Le thym est rustique, il demande peu d’efforts d’entretien à son jardinier. Solidaire, le thym est un super allié de nombreuses plantes, il ne faut donc pas hésiter à l’associer à d’autres cultures comme les tomates, les choux, les pommes de terre, les capucines. Il éloigne les pucerons, les limaces et les mouches blanches tout en attirant de nombreux pollinisateurs !

Le thym se récolte par branches car elles repoussent à la suite en permanence et leur bois se durcit au fur et à mesure des années. Lorsqu’il commence à fleurir au début de l’été, pincez les têtes fleuries et retirez-les du plant pour qu’il ne monte pas en graines et ne fasse que des fleurs.

Commun, citron ou sauvage (aussi appelé le Serpolet), le thym développe une véritable palette aromatique. Séché ou frais, il donne du caractère à chacun de vos plats et vous fait voyager en méditerranée.

Astuce : pour le faire sécher, rien de plus simple.  A la fin de la saison estivale, taillez l’ensemble de votre plant en ne lui laissant que 5 à 10 cm de hauteur et faites-en un ou plusieurs bouquets. Faites le.s sécher la tête en bas dans un endroit chaud et sec et profitez ainsi de votre thym toute l’année !

Cuisiner le thym :

Anti-infectieux, anti-inflammatoire, antiseptique et antioxydant, le thym est également un allié-santé de taille !

Avec le thym, c’est facile de se soigner tout seul à la maison. On s’en sert pour dégager les voies respiratoires en cas de rhume ou de bronchite en faisant des inhalations d’huile essentielle, en infusion pour les problèmes de digestion, en usage externe pour désinfecter des piqûres.

Stimulant de nos défenses immunitaires, inviter le thym dans notre quotidien c’est agir de manière préventive contre tous les petits maux et virus qui peuvent nous affecter.

Comme une Ta-Thym : la tarte du dimanche aux abricots et au thym

Avec l’équipe on a eu envie de mettre à l’honneur le thym dans une recette pour les becs sucrés !

Vous aurez besoin de :

  • Une pâte brisée
  • 10 abricots bien mûrs
  • 3 à 4 cuillères à dessert de confiture (celle que vous avez dans le frigo fera très bien l’affaire !)
  • 3 à 4 branches de thym frais ou séché

Etape 1 : préchauffez votre four à 200° et étalez la pâte brisée dans votre plat à tarte. Faites quelques trous dans le fond de la pâte avec une fourchette.

Etape 2 : étalez uniformément votre confiture dans le fond de la tarte et disposez vos abricots coupés en deux et sur le côté bombé sur la tarte.

Etape 3 : parsemez de votre thym la préparation et enfournez environ 30 min jusqu’à ce que les abricots dorent et compotent.

Laissez tiédir et dégustez !

Composter le thym : vous pouvez composter ses branches une fois ses feuilles ôtées