New !

La box de plants d'automne est disponible

Les engrais naturels au potager

Nourrir vos plantes avec du fertilisant naturel et bio est un bon moyen pour booster la croissance de ces dernières. L’engrais permet de combler les éventuelles carences et besoins des végétaux qui se fortifient et luttent plus facilement contre les maladies. Il existe sur le marché de nombreux produits fertilisants mais qui contiennent bien souvent des éléments chimiques mauvais pour l’environnement. Voici donc quelques idées d’engrais naturels à utiliser au potager.

L’engrais bio, le meilleur fertilisant pour les fruits et les légumes

Un engrais bio se compose généralement d’éléments essentiels au bon développement des végétaux. Il est à utiliser avec parcimonie, car sa concentration en nutriments est très importante. Engrais organiques ou minéraux ? Voici comment faire le bon choix pour votre jardin.

Qu’est-ce qu’un engrais riche et sain et de quoi est-il composé ?

Du fait de leur forte concentration en éléments nutritifs, les engrais biologiques ou non sont à utiliser avec parcimonie. Pour garder une planète propre et éviter que des produits chimiques ne se retrouvent dans les eaux, mieux vaut adopter des techniques écologiques.

De manière générale, une fleur ou un légume a besoin d’azote (N), de potassium (K) et de phosphore (P) pour s’épanouir. Il est aussi possible de supplémenter ses végétaux en magnésium ou en divers oligo-éléments comme le fer par exemple.

Quand et comment incorporer l’engrais à la terre des végétaux ?

Un conseil : optez toujours pour l’engrais le plus adapté aux besoins de vos plantes. En magasin, il existe tout un panel de fertilisants bio correspondant aux fleurs à bulbes, aux arbustes ou encore aux légumes du potager. Le début du printemps est le moment idéal pour procéder à une première distribution d’engrais.

Attention, veillez à choisir un fertilisant de fond (à action lente) et à l’intégrer à la terre au moins 3 semaines avant les plantations. Certains jardiniers optent aussi pour un engrais à action lente pour fertiliser les parcelles à l’automne avant que la terre et les végétaux ne se mettent au repos.

Avant de déposer votre engrais aux pieds des cultures, commencez par bien retourner la terre et la nettoyer des restes de racines de la récolte précédente. Répandez ensuite l’engrais dilué autour des nouvelles plantes ou des arbustes et binez soigneusement le tout. Un arrosage par-dessus achèvera de faire pénétrer le mélange. Voici comment et quand apporter de l’engrais au potager de manière plus détaillée.

Des engrais organiques ou minéraux ?

Pour le jardinier amateur, il n’est pas toujours facile de s’y retrouver tant la famille des engrais est riche de subtilités. 2 types de fertilisants naturels sont présents sur le marché : les engrais dits coup de fouet (à action rapide) et les engrais de fond (à action lente).

Lorsqu’il est naturel, l’engrais peut aussi être soit organique, soit minéral. Ces deux natures ont des avantages et des inconvénients qu’il s’agit de connaître avant de faire son choix. L’engrais organique est issu de déchets verts (végétaux ou de provenance animale) et peut être solide comme liquide. Il peut s’agir de purin, d’herbe de tonte, de sang séché ou de farine d’os par exemple.

Les engrais minéraux sont très concentrés en nutriments et peuvent parfois contenir des métaux lourds à éviter. Il faut donc observer la plus grande prudence en les utilisant. Ils sont d’ailleurs interdits dans le cadre d’une agriculture biologique. Il peut s’agir de phosphates ou de poudres de roches.

Les différentes sortes d’engrais naturels, biologiques et efficaces

La famille des engrais naturels et biologiques est vaste. Il existe, par exemple, les matières végétales à utiliser sans transformation et directement aux pieds des plantes. A contrario, certains éléments doivent être dilués lors de recettes faites maison pour ne pas déséquilibrer le sol. L’exemple d’engrais vert le plus connu pour nourrir son jardin potager reste le fameux compost.

L’exemple du compost pour nourrir les cultures du jardin

Le compostage est un moyen à la fois économique et écologique de fertiliser la terre du jardin potager. Les déchets organiques de cuisine, une fois décomposés, apportent tous les nutriments essentiels au bon développement des plantes. Il faut toutefois se montrer patient avant de pouvoir récolter un compost mûr.

Que jeter dans un bac à compost ?

Produire un bon compost à la maison n’est pas sorcier. Il faut toutefois respecter certaines règles fondamentales telles que le choix des déchets organiques à composter. Les matières vertes riches en azote sont les bienvenues : épluchures de légumes, végétaux frais ou tontes de gazon. Les déchets carbonés sont aussi nécessaires pour maintenir un PH correct à l’intérieur du bac à compost : feuilles sèches, copeaux de bois, cartons.

En revanche, il faut absolument éviter de jeter des huiles et graisses alimentaires, des plantes malades, des os, des matières synthétiques ou des excréments d’animaux domestiques. Ces déchets sont souvent traités avec des composés chimiques néfastes pour l’environnement ou ne se décomposent tout simplement pas.

Comment et quand s’utilise le compost mûr ?

Le compost mûr est idéal pour bien nourrir ses plantes et son sol. Lorsque le mélange du bac adopte une belle teinte brune à l’odeur de sous-bois, le compost est alors prêt à être récolté. Dans le potager, le jardinier peut en déposer une couche au moment de la plantation des légumes du printemps. Le compost permettra ainsi aux végétaux de bien s’enraciner dans le sol à condition qu’il soit soigneusement mélangé au terreau traditionnel.

Un végétal directement planté dans du compost ne le supporte généralement pas. Pour les plantes d’intérieur ou les fleurs en pot, il est possible de créer une sorte de jus à partir du compost et de le verser progressivement aux pieds de ces dernières.

Les matières premières à utiliser directement sur le sol

Les exemples de matières organiques ou minérales à utiliser en guise de fertilisant ne manquent pas :

  • Le marc de café : ce trésor noir recueilli au fond de nos cafetières est particulièrement riche en azote, en phosphore et en potassium. Attention toutefois à bien le faire sécher avant utilisation sous peine de voir des maladies cryptogamiques coloniser les plantations. Diluez-le dans l’eau de l’arrosoir avant de le répandre sur le sol.
  • La cendre de bois : naturellement pourvue de calcium et de potassium, la cendre est idéale pour le jardin. Cependant, la cendre de pellets de charbon peut contenir des métaux lourds et ne doit pas rejoindre la terre du jardin.
  •  Le fumier : il s’agit d’un mélange de crottins ou d’excréments d’animaux de ferme et de litière (généralement composée de paille). Utilisé depuis très longtemps par les agriculteurs, le fumier fertilise le sol doucement pour ne pas en perturber l’équilibre. Pour le jardinier amateur, il est conseillé de se fournir auprès d’un éleveur bio.
  • Les engrais verts : c’est le nom donné aux plantes cultivées généralement avant ou entre deux cultures. Le but ? permettre à des végétaux de transition aux propriétés fertilisantes d’enrichir la terre en prévision de la plantation de nouvelles cultures. Ainsi, trèfle, sarrasin, colza ou moutarde améliorent la structure du sol tout en le protégeant de l’apparition des mauvaises herbes. Lors de la coupe, ces plantes sont enfouies et se décomposent lentement tout en libérant de bons nutriments.

Les recettes maison d’engrais

Concevoir ses propres recettes de fertilisants naturels est une activité ludique, économique et écologique. Sous forme liquide, ces engrais pourront servir à nourrir les légumes du potager comme les plantes d’intérieur :

  • Un spray à base de coquilles d’œufs : la coquille des œufs est naturellement riche en calcium. En la broyant puis en la faisant bouillir dans une casserole d’eau, vous obtiendrez un jus à pulvériser à la base de vos plantes. Encore une fois, mieux vaut toujours utiliser des œufs bio.
  • La macération de purin : il est possible de créer un purin à partir de n’importe quel déchet végétal pourvu de feuilles. Optez par exemple pour les orties, les pissenlits ou le sureau. Le purin est un mélange de feuilles macérées puis tamisées qui pour être utilisé comme engrais, répulsif, fongicide ou insecticide. Il s’agit d’extraire les principes actifs de chaque plante via un processus de fermentation. Une astuce : utilisez de l’eau de pluie avec un PH plutôt acide et ne comportant donc pas de calcaire.
  • Le baluchon de thé de compost : l’idée est à peu près la même que pour la confection d’un purin. Déposez une grosse poignée de compost mûr au sein d’un carré de toile de jute d’environ 50x50cm. Formez une sorte de boule que vous scellerez avec une cordelette. Il suffit ensuite d’immerger le baluchon dans un seau d’eau durant plusieurs jours. Le liquide ainsi récupéré sera riche de bons nutriments apportés par le compost et pourra être déversé aux pieds des jeunes plants.

Plusieurs fois dans l’année, le jardinier peut avoir besoin de fertiliser ses plantations. Les avantages de cette pratique sont nombreux, à condition de choisir un engrais bio, de qualité et surtout adapté aux problématiques de chaque plante. Pourquoi ne pas produire votre propre fertilisant à la maison ? Le potager de balcon Ceercle n’attend que vous !

Recevez le calendrier du potager

Bons plants, astuces de jardinage et recettes de saison

Recevez par mail le calendrier du potager

Tous nos conseils pour jardiner et composter sur son balcon chaque mois dans votre boîte mail

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir le calendrier du potager

Quelle exposition a mon balcon ?

Jardiner sur son balcon

Répulsifs et insecticides naturels

Jardiner sur son balcon

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00