New !

La box de plants d'automne est disponible

Comment faire se reproduire ses plantes ?

À l’intérieur de la maison comme au jardin, il est toujours amusant, facile et utile de multiplier ses plantes. Les tiges coupées sur une plante mère permettent à la fois de redonner un coup de jeune à cette dernière et d’obtenir de nouvelles pousses vigoureuses. Il existe de nombreuses techniques de reproduction manuelle des végétaux, à réaliser en famille par exemple. Pour un particulier, l’intérêt est surtout expérimental et pédagogique. Voici donc nos conseils pour faire se reproduire vos plantes.

Comment les différentes espèces de plantes se reproduisent-elles ?

Certaines espèces de végétaux se reproduisent de manières différentes. On distingue deux types de reproduction naturelle : sexuée et asexuée. Les plantes à fleurs font partie de la première famille et comptent sur l’action des insectes et du vent pour se multiplier. Les végétaux dépourvus de fleurs ne possèdent aucun organe reproducteur. C’est la division des cellules qui entre alors en jeu.

La reproduction génétique sexuée

La reproduction sexuée fait appel aux plantes mâles et femelles. Le matériel génétique des parents se rencontre pour une fécondation, ce qui produit un nouveau végétal.

La fécondation par la pollinisation

Les plantes à fleurs se reproduisent par pollinisation. Chaque individu est soit mâle et possède des organes sexuels appelés étamines, soit femelle avec des organes nommés pistils. La fleur mâle contient du pollen que les insectes pollinisateurs transportent jusqu’au pistil de la fleur femelle. La pollinisation peut se faire aussi par l’action du vent ou lorsque les fruits d’une plante sont digérés puis éjectés par le système digestif des animaux. Dans les déjections, les graines peuvent être encore intactes et rejoignent ainsi la terre pour prendre racine. Ce phénomène s’appelle la pollinisation croisée. Suite à cela arrive l’étape de la fécondation. Le pollen entre donc en contact avec le pistil de la fleur et fertilise l’ovule.

La fécondation par autogamie

L’autogamie ou autofécondation est un mode de reproduction sexuée observé notamment chez certaines variétés de plantes. Ces dernières sont hermaphrodites, c’est-à-dire qu’elles produisent au besoin des gamètes mâles ou femelles. Les végétaux concernés préservent ainsi une certaine pureté de la lignée aux caractéristiques génétiques identiques. On observe l’autogamie pour le blé, l’orge ou le haricot par exemple.

La reproduction asexuée par fragmentation

Pour la reproduction asexuée, il ne suffit que de l’ADN d’un seul individu. Ce dernier produit alors une descendance aux caractéristiques génétiques identiques, plus sensibles aux aléas climatiques et aux maladies. Une partie de la plante mère (feuilles ou tiges) tombe au sol et suffit à concevoir un nouveau végétal. Cette technique est très utilisée pour orner les jardins rapidement : il s’agit en fait de la multiplication par bouturage.

Quelles sont les différentes manières de créer une nouvelle plante manuellement ?

La multiplication des plantes peut se faire en grande partie de manière manuelle. Le jardinier a le choix : bouturage, marcottage, greffe, semis ou encore division. Nul besoin d’investir dans une panoplie d’outils innovants, suivre de bons conseils suffit amplement.

Les différents types de bouturage

La bouture consiste à multiplier un végétal en prélevant un petit morceau de tige que le jardinier replante ensuite afin d’obtenir de nouvelles racines. Il s’agit d’une technique traditionnelle qui peut néanmoins prendre plusieurs formes : bouturage dans l’eau, dans la terre ou en crossette.

La bouture traditionnelle des tiges

Le principe du bouturage est simple : prélever un morceau de tige pour créer une nouvelle plante. Dès le printemps, il est possible de procéder à la coupe de la plante mère. Cette technique de multiplication est particulièrement appréciée des particuliers, car elle est simple, économique et permet d’obtenir une plante adulte rapidement. L’idée est de choisir un rameau sans feuilles ni fleurs de 10 à 15 centimètres de long et de le couper juste sous le nœud du pied du végétal. Il suffit ensuite de planter cette tige dans du terreau adapté, d’humidifier et d’attendre le développement des racines.

La méthode de bouturage dans l’eau est, quant à elle, surtout réservée aux plantations d’intérieurs. Au lieu de transférer la tige directement dans la terre, il faut placer cette dernière dans un vase d’eau. Il est amusant de « surveiller » avec les enfants l’apparition de racines. Au bout d’un certain temps, la bouture peut être rempotée.

Le marcottage : la multiplication à partir de la plante mère 

Le marcottage permet de créer de véritables petits clones de la plante d’origine par l’enracinement des rameaux situés sur la partie aérienne du végétal. La technique s’inspire d’un phénomène de multiplication naturelle appelée “stolonnage”. Les fraisiers l’utilisent pour se développer en surface. La plante produit des tiges qui, lorsqu’elles touchent la terre, développent leurs propres racines pour créer un nouvel individu. Chez vous, faites ployer un rameau et enterrez-le sans le détacher de la plante mère. Lorsqu’il sera suffisamment fort, il faudra alors le détacher.

La division des souches vivaces

Cette méthode de multiplication ne concerne que quelques espèces de végétaux : plantes vivaces touffues, buissonnantes, à souche, bulbeuses ou tubéreuses. La division permet aussi de fortifier le végétal d’origine. Au printemps, commencez par déterrer le pied, la souche ou la motte de la plante. Découpez cette dernière avec un sécateur en veillant à bien conserver les feuilles et racines pour chaque lot. Replantez ensuite le tout en terre.

Le greffage par contact de cellules

Le greffage s’adresse surtout aux arbres fruitiers et nécessite un matériel spécifique. La technique consiste à implanter un greffon sur une autre plante appelée porte-greffe en associant leurs tissus cellulaires respectifs pour permettre une fusion. Mieux vaut pratiquer la greffe en été, période durant laquelle les arbres ont une montée de sève. Il existe plusieurs méthodes de greffage mais l’une des plus simples est la suivante : la greffe en fente. Il s’agit ici de couper le porte-greffe et fendre ce dernier en son milieu. La base du greffon est quant à elle coupée à sa base en forme de biseau. Le greffon est inséré dans la fente du porte-greffe et les blessures sont recouvertes de mastic puis resserrées avec des liens.

Quand et comment faire se reproduire les plantes ?

Il n’y pas de bonne période pour multiplier ses plantes. Tout dépend de la variété du végétal et du type de reproduction que le jardinier souhaite utiliser. Il est quand même conseillé de créer de nouvelles pousses au printemps. Réalisez toujours cette opération sur une plante vigoureuse, non malade et bien développée. Pensez à nourrir vos plantations avec de l‘engrais vert biologique pourvu de nutriments (azote, zinc, potassium ou fer) essentiels à leur développement.

Les jardiniers amateurs peuvent tout à fait réaliser leur propre division de plantations. Différentes techniques existent, et aucune n’exige de compétences particulières. C’est une activité ludique, pédagogique et économique à faire en famille. Vous savez maintenant comment faire se multiplier vos végétaux préférés, mais saurez-vous faire face aux nombreuses maladies des plantes ?

Recevez le calendrier du potager

Bons plants, astuces de jardinage et recettes de saison

Recevez par mail le calendrier du potager

Tous nos conseils pour jardiner et composter sur son balcon chaque mois dans votre boîte mail

Inscrivez-vous à notre newsletter pour recevoir le calendrier du potager

Laisser un commentaire

Article ajouté au panier
0 Produit - 0.00